• Le vicomte est un esthète, il coud aussi pour son logis et celui de ses proches.

    Commençons par une modeste galette de chaise, dans le ventre de laquelle ont été recyclés un pull troué et la jupe de ce projet, bon plan pour utiliser 2 morceaux de patchwork de bon goût acquis en même temps que le tissu pour l'aubépine. La nécessité de ce coussin devenait criante pour mon pauvre derrière.

    Le Vicomte maison


    Puis un petit range-tout pour m'accompagner en cours de projet couture. J'ai beau vivre dans un petit espace, entre les ciseaux posés sur le lit, le coussin à épingle laissé à la salle de bain lors d'un essayage, la craie par terre pour une découpe improvisée, le coupe-fil sur le tapis, le fil pour les parements caché sous les chutes, un bout de parementure planqué entre 2 fringues sur une chauffeuse..., je finis toujours par semer mon matériel, et c'est bien connu, c'est toujours au moment où on en a le plus besoin que ces choses demeurent introuvables. La ronchonnite subséquente systématique commençait à devenir pesante; aussi ai-je décidé de faire dans des chutes ce petit panier dans lequel je me suis formellement promis de remettre les ustensiles après chaque usage. Jusque là je m'y tiens à peu près, et les dimensions de l'objet ont été validées.
    La prochaine fois il faudrait que je fasse un "mouchoir" de classement à aiguilles de MAC, car je les change rarement faute de m'y retrouver facilement, c'est une honte.

    Le Vicomte maison


    Et maintenant le plat de résistance. Une amie m'a demandé si pouvais réaliser une commande spéciale pour elle. J'ai dressé l'oreille : il s'agissait de confectionner une nappe pour une table ronde, avec un jeu de jours pour pouvoir profiter des dessins du bois tout en protégeant la table. La nappe plastique n'étant pas une option, j'ai commencé à me creuser la tête. Après quelques propositions imagées, l'option "croix potencée" a été choisie.

    Le Vicomte maison


    Ensuite on s'est bien amusées à relever le "patronage" de la marqueterie de la table et à choisir 2 types de lin (je ne savais pas que ça pouvait atteindre le double du prix du liberty!). Je passe sur la confection, toujours est-il que quelques jours après la livraison, l'inconvénient du découpage choisi est clairement apparu, la nappe étant en processus de FBA permanent sur sa table.

    Le Vicomte maison


    Il a fallu faire une deuxième session de tests pour décider de la façon de "brider" l'engin. Tissu plutôt que ruban, en carré plutôt qu'en croix, et sur une épaisseur de morceau de bois. Après passage à l'atelier, la nappe était fin prête à la grande satisfaction de sa propriétaire.

    Le Vicomte maison

    À gauche : face lin "café au lait", ourlé avec un biais beige
    À droite : face lin beige, ourlé avec un biais en lin à petites fleurs roses


    votre commentaire
  • Reprenons les choses où nous les avions laissées : en pleine hormonothérapie.
    Le torse de l'homme de l'Ouest a besoin de douceur sous son rude manteau de laine. Point de Negroni ici, mais développement d'un patron de chemise (eh oui, encore une).

    Voici quelques années, j'avais acheté une chemise d'homme dégriffée sur un vide-grenier à cause de sa prestigieuse couleur "bleu interne" (elle a un peu perdu de sa superbe au fil des lavages). Elle m'allait pile poil mais les coutures n'étaient pas de très bonne qualité. Au fur et à mesure des portages, j'ai pu me rendre compte à quel point sa coupe met le corps en valeur de façon différente de mes chemises habituelles.

    La vie au ranch

      - Elle est droite avec une léger rapprochement de la ligne de côté au niveau de la taille.
      - Les épaules sont plus longues, moins pentues, et l'emmanchure plus vaste.
      - Il n'y a pas d'empiècement au dos ni de relarge, ce qui n'entrave pas pour autant les mouvements.
      - Pas de patte de boutonnage mais une parementure.
      - Le bassin est cintré.
      - L'ourlet du bas est droit.
      - Les manches sont très longues.

    Curieuse de découvrir les secrets de cette chemise et de la reproduire avec le coupon à carreaux préattribué, j'ai d'abord construit un fond de base de corsage sans pinces en taille 38, puis son élargissement en base corsage, puis j'ai minutieusement reporté les mesures prises sur la chemise pour tracer le patron final en gardant la même ligne de dessous de bras. La pointe des épaules est montée...très haut. J'ai donné 3cm en plus pour le tour de bassin qui était juste et remonté un peu la ligne de taille. Ensuite, manches liquette (celles avec une faible hauteur d'emmanchure) plus courtes de 6cm et col simple (avec le pied incorporé dans la construction).

    La vie au ranch


    La découpe du tissu m'a bien pris 2 heures, étant donnée la combinaison {carreaux + largeur de carreaux inégale (arghhh !!) + laize 80cm (gnééé ???) + longueur pas tout à fait suffisante + marges de couture non-incluses + nappe en dessous à ne pas découper}

    La vie au ranch


    L'avantage d'avoir un modèle est que cela m'a bien simplifié la tâche pour savoir où j'allais mettre du thermocollant et organiser les étapes de montage.

    Je me suis gourée dans le montage de mes parementures devant (à 22h on est bien trop sûr de soi), j'ai réparé le lendemain mais du coup le côté de col avec thermocollant se retrouve en dessous. Je vais bien voir si c'est si grave que ça.
    Les coutures internes sont rabattues (je hais cordialement les coutures anglaises) (et d'ailleurs la similitude de l'aspect envers-endroit avec les coutures rabattues est à l'origine de la méprise de 22h) (j'adore les parenthèses). Comme j'avais oublié mes lunettes à Paris, j'ai fini par avoir les yeux sur les rotules au énième bouton à coudre...
    J'ai reproduit le même type de patte de boutonnage en une pièce que sur la chemise originale.

    La vie au ranch

    La vie au ranch

    La vie au ranch

    La vie au ranch


    Les manches sont un centimètre trop courtes cette fois, et le bassin ma foi n'a rien de trop. Tout le reste est validé. Y compris par ma mère : "Ah, elle a les épaules larges ta chemise, c'est une comme ça qu'il me faut ! Parce que dans l'autre je suis trop engoncée." Tu m'étonnes, John ! L'"autre" étant une adaptation de celle-ci.

    La coupe élancée et très pratique promettent donc cette nouvelle chemise à un bel avenir et une petite descendance.


    3 commentaires
  • Voici venu le moment de la rétrospective et du bilan de fin d'année. Je vais uniquement traiter de ce que j'ai fait pour ma pomme, selon le critère : l'ai-je adopté ou non ?

    Les incontournables
    Chemise à carreaux : à rejoint la petite pile des chemises à enfiler en mode automatique le matin.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Chèche à pampilles : pendu à mon cou en permanence.
    Gilet côtes perlées : toujours au rendez-vous quand je n'ai pas envie de monter le chauffage.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Pull jacquard : une fois terminé je l'ai porté pendant 2 semaines, il faut carrément que je m'empêche de le porter pour ne pas lasser l'entourage...

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe Bleuet en laine : rares sont les robes que je puisse mettre en mode automatique, celle-là en fait manifestement partie.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Corsage sur mesure : comme pour la chemise à carreaux, pour les tenues gros col rond-compatibles. Je l'ai même adapté pour ma mère.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Top Bonnie : grand succès de l'été, j'en ferai peut-être une variante pour l'été 2014.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe violette sans manches : grand succès de l'été n°2, ça doit être le vêtement qui m'a valu le plus de compliments cette année.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les réguliers
    Chemisier liberty asymétrique

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Grosse écharpe alpaga 

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     Veste queue-de-pie

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     Masque de sommeil

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Combishort Bleuet

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe empire noire et bordeaux

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Combishort champêtre

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Bonnet Capucine (je ne l'avais même pas montré celui-là: il est moche comme un cul mais il est très fonctionnel. Pour dire comme je le trouve laid l'autre nuit j'ai rêvé que j'avais oublié de l'enlever pour sortir ça m'a fait le même effet que ces rêves où on se retrouve en petite culotte dans la rue sans savoir comment. Je devrais me tricoter une kippa en fait. Quelqu'un a un bon patron de kippa ?).

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe Aubépine jaune

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les anecdotiques
    Ont été portés de temps en temps, mais un peu trop spéciaux pour avoir envie de les porter plus souvent, sans être passables au point de vouloir les recycler.

    Jupe en velours et moumoute. J'aurais pas du faire une mini, ce n'est pas trop ma came pour le moment.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Haut beige Heather. J'aurais du me tempérer et ne pas faire ce col bizarre à l'arrière.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Chemisier à double col Pattern magic. J'aurais pas du le faire avec cette viscose qui se froisse en moins de deux et qui marque vachement la transpiration.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Combishort en voile imprimé. J'aurais pas du vivre dans le nord de la France où on atteint les 35°C une fois par an

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Trench kaki. J'aurais pas du faire une ceinture si fine, lui mettre des boutons si petits, ni le doubler avec un tissu si fin.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Tablier vert empire. J'aurais pas du naître au XXème siècle.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Jodhpur' laine. J'aurais pas du laisser tomber l'écouine.

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les bizarroïdes
    Ceux-là, je me sens un peu bizarre dedans, ce qui fait que je ne les ai pas portés du tout

    Robe bustier à smocks 

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     Robe jaune à "col marin"

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Jupe écossaise 

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Les déjà disparus
    Haut à nœud Pattern magic

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Pantalon portefeuille

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

    Robe dos-nu en maille : j'avais besoin de tissu moelleux pour faire une galette de chaise, je l'ai vue qui se faisait toute petite dans un coin du placard et...

    À l'heure de l'inventaire, de quoi avons nous l'air ?

     
    Parallèlement, à part du renouvellement de lingerie je n'ai acheté cette année en prêt-à-porter que 2 pantalons et 2 T-shirts à manches longues.

    Plus généralement, apprendre à tricoter à été des meilleures initiatives de 2013, quelle jubilation de pouvoir réaliser ces types de vêtements inaccessibles par la couture (pour la chaleur, l'extensibilité, le choix de la texture et des motifs...)! Certes c'est lent, mais ça vient se caler dans des moments de creux que la couture ne peut occuper (trajets, télé, boulot, réunions tupperware...)

    Me mettre au patronage également. C'est passionnant, et j'espère pouvoir approfondir les premières notions de gradation que j'ai reçues. Je vais également m'efforcer de dépasser ma répugnance pour Illustrator pour voir ce qu'il est possible de faire question patronage avec ce logiciel.

    Mes conditions de vie de couturière ont changé. Après mûres réflexions relatives à la cherté de l'espace dans notre studio et à la cherté de la vie tout court à Paris quand on gagne moins que le SMIC, j'ai acheté une table pliante, une jeanette, un appareil photo qui fait qu'on voit enfin les détails de ce que je poste, ai hérité d'un fer qui fait de la vapeur (le luxe, hein :) ). Tout ça a contribué à ce que je commence à me dire que ce que je faisais pouvais être montré sans honte et à l'ouverture du blog.


    8 commentaires
  • La présentation récente par Saki d'un chemisier du Tendances couture n°11 m'ayant fait penser à un autre chemisier, j'en profite pour le montrer, d'autant plus que ses jours étaient comptés dans le sac à copier/recycler d'où je l'ai extirpé. Pourquoi ce désamour ? Polyester plein d'électricité statique, longueur un peu juste, col mal fait, trop d'ampleur générale... Et en même temps j'aime beaucoup sa construction, et trouve qu'il rend particulièrement bien avec un short taille haute. Le tissu avait à l'extérieur un agréable toucher peau de pêche avec des ridules qui donnaient un peu de relief au vêtement.
    J'avais combiné 2 patrons burda plus une grosse touche personnelle (cette touche personnelle qui m'avait fait mettre un bout de tissu dans le col pour le stabiliser, sans le coudre nulle part, comme une saucisse dans son hot dog, en me disant que allait marcher. En couture, j'ai longtemps cru au Père Noël).

    Belle Epoque

    Vous qui êtes déjà passé par ici, vous avez compris que le moulant n'est pas précisément ce que je préfère.

    Belle Epoque

    Une de ces semaines, j'aimerais poser ça à plat et dessiner un modèle avec les même pinces d'encolure et de taille, un col officier, des manches et un dos moins bouffants, et surtout avec un empiècement de taille comme celui du combishort champêtre pour que la taille soit vraiment ajustée et rentre d'elle-même dans n'importe quelle jupe ou pantalon.


    2 commentaires
  • Mon exploration du style empire se poursuit. Pour cela j'ai enfin visionné un téléfilm : la version de 2008 de la BBC de Raison et Sentiment.
    Une grande partie de mon attention a été captée par les costumes !

    Meine Ehfarungen mit dem Empire-Stil wird fortgeführt.
    Dafür habe ich einen Fernsehfilm endlich angesehen : die 2008 BBC Version von Vernunft und Empfindlichkeit.
    Meine Aufmerksamkeit ist zu einem grossen Teil von dem Kostümen erregt worden !

    Vollständig Verschönerung Nähen

    Tagada, tagada, da sind die Dalton(en?) !

      Je déconne, je ne vais pas commencer à traduire mes billets en prussien, mon opportunisme a des limites.

    Was ist das ?

      Ça, c'est le concours de rentrée sur T&N. La rédaction nous propose cette fois d'explorer les recoins de notre penderie pour y trouver de quoi se confectionner une nouvelle fringue. Le recyclage est un sain exercice que je pratique régulièrement, mais je me sers en général de projets auquels je veux donner une autre forme ou de vêtements de seconde main achetés exprès. Cette fois j'ai essayé de jeter un autre oeil sur les habits que je garde "au cas où" mais qu'en fait je ne porte jamais :-P  Une robe verte dos nu que j'avais essayé de convertir en robe à bretelles (encore pire!) m'a paru être une bonne candidate à la transformation radicale.

    Vollständig Verschönerung Nähen

      Revenons à nos moutons du Devonshire. On les voit costumés d'une manière assez simple, plus aisément transposable en couture actuelle que les vagues meringues que la version d'Ang Lee m'a laissé en mémoire. Les dames Dashwood ayant subi un revers de fortune et devant s'occuper plus activement de leur subsistance, on voit virevolter quelques tabliers à la forme calquée sur les robes taille empire de l'époque. Comme j'aime bien la silhouette empire, pourquoi ne pas me lancer sur ce type de tablier ?

    Vollständig Verschönerung Nähen

      Toute la jupe de la robe, faite de plusieurs panneaux évasés, constitue maintenant le bas du tablier. Le plastron du tablier est formé du dos du haut de la robe et de la partie sous poitrine du devant. Avec les fronces, j'ai un peu galéré pour garder une symétrie et du seyant pour les formes poitrinaires. Et sans dépasser la largueur du petit morceau de galon repêché !

    Vollständig Verschönerung Nähen

      Le tissu vert foncé des attaches vient d'un trench à grand pli (à ce niveau là on peut même appeler ça une voilure) du burda d'octobre 2011, en coton enduit (puant mais attachant) que j'ai porté pendant le mois qui a suivi sa confection et puis rideau parce qu'il n'était pas chaud et pas assez épais pour que le devant se tienne bien. Comme je ne veux pas vraiment le tuer, je me suis contentée de prélever le tissu à l'intérieur du pli.

    Vollständig Verschönerung Nähen

      Les essayages et les photos se sont fait sur une robe empire tirée du burda de mai 2008, un peu modifiée à l'encolure, et ici très bouffante à cause du gros velours d'ameublement dont elle est faite (période moujik, tout ça). Elle est aussi très dorée, photos garanties sans retouche couleur !

    Vollständig Verschönerung Nähen

    Vollständig Verschönerung Nähen

    Vollständig Verschönerung Nähen

    Vollständig Verschönerung Nähen

    Vollständig Verschönerung Nähen

    "Cléo j'aime ton nez mignon, j'aime aussi les champignons !"

      Je projette de faire une robe empire longue et fine (oui, ceci est un appel du pied à la grande feuille de papier pliée imprimée du premier prix du concours !) et de voir ce que le tablier donnera dessus. En fonction, je le raccourcirai peut-être, et verrai si je lui ajoute des poches (pas fait car plus de tissu vert clair).

    Vollständig Verschönerung Nähen

     

    Grüt !


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique